jeudi 21 février 2019

Résultat de recherche d'images pour "drunk man reading book"



Qu’on m’apporte une bouteille,
Qui d'une liqueur vermeille
Soit teinte jusqu’à l'ourlet,
Afin que sous cette treille
Ma soif la prenne au collet.

Saint-Amant

mercredi 20 février 2019


Résultat de recherche d'images pour "japanese reading book"



La fine écriture noire
se dissout goutte à goutte.
Mais les desseins muets du cœur
ne se laissent pas gommer.



Tshanyang Gyatsho

mardi 19 février 2019


Image associée




Je n'ai trouvé pour tout abri,
Contre le fouet de l'ignorance
Qui m'a si longuement meurtri, 
Muse, que ta tendresse immense.

Marius Scalési

lundi 18 février 2019


Image associée




 Oh mon cœur friand m’en lasserai-je un jour
des couleurs enivrées de nos murs blancs et bleus
des dattes de lumière des pastèques de sang
Si parmi vous un jour je mourais
mais mourrai-je jamais
ne récitez pas sur mon cadavre
des versets coraniques
mais laissez-les à ceux qui en font commerce 
ne me promettez pas deux arpents de paradis 
car je fus heureux sur un seul arpent de terre 

 Salah Garmadi










dimanche 17 février 2019


Résultat de recherche d'images pour "reading book in beach"




On ne tombe pas dans la solitude, parfois on y monte.

Henri Thomas 

samedi 16 février 2019

Image associée




Les Sabliers

Assis sur la plage solitaire du Toulinguet, où viennent s’agenouiller les haquenées de l’Océan, je méditais, après la chute de l’empereur des Coupes de Thulé.
Devant, hérissée du dernier vol où se pêlemêlaient guilloux, mouettes, gaudes, hirondelles de mer et perroquets japonais sans queue, l’Ile ; à ma droite, derrière le fort, la Pointe Saint-Mathieu avec ses ruines ecclésiastiques ; à ma gauche, devinées, des pierres et des pierres donnant un frisson d’Eternité à poil, la Tribune, le Lord-Maire, le Dante, les Tas de Pois, le Château de Dinan, le Cap de la Chèvre, la Pointe du Raz, l’Ile de Sein…
Je comparais douze cormorans alignés sur un écueil à une phrase de Poe traduite en alexandrin par Baudelaire ou Mallarmé, lorsque des crissements singuliers venant de Camaret m’intriguèrent la nuque et me firent tressaillir.
Plusieurs théories d’êtres bizarres descendaient le versant : espèces de sauterelles aux membres de bois et corps de verre.
Plus proches, je reconnus des Sabliers.
De toutes dimensions :
Sept, menus comme les fœtus de cinq mois, marquant l’heure ;
Sept, mignons comme les nourrissons, marquant le jour ;
Sept, petits comme les communiants, marquant la semaine ;
Sept, grands comme les adolescents, marquant le mois ;
Sept, hauts comme les titans, marquant l’année ;
Sept, colossaux comme les clochers de cathédrale, marquant le lustre ;
Un, enfin, le dernier, incommensurable comme le génie marquant le siècle.


– « Hélas ! glapirent les Sabliers. Disgraciés déjà par l’invasion des damoiselles de chêne au nombril d’or, irrévocablement perdus depuis les décrets impies, nous pourrissions dans les moustiers branlants de l’angélique Pays des Coiffes; inutiles désormais loin des reclus qui nous vinrent ici remplir, nous revenons, accomplie notre destinée, à cette plage si sabuleuse depuis le départ des sandales, et notre guide fut la soif de reposer au lieu natal. »
Je compris que nul ne rendrait à ces oubliés le pieux service si le poète ne daignait.
Aussi, commençant par les moindres, je me mis en devoir de vider sur la grève les Sabliers l’un après l’autre.
A cet office nous restâmes des heures, des jours, des semaines, des mois, des années, des lustres…
J’avais entrepris le dernier Sablier, le séculaire, lorsque l’invisible faulx du Temps me détacha l’âme du corps.
Les pêcheurs de Kerbonn trouvèrent mon cadavre sur lequel flottait une longue barbe blanche.
Et j’avais l’âge que j’aurai, ô mes Héritiers, le jour de mon décès.


Saint-Pol-Roux

vendredi 15 février 2019






Qu’est-ce que la Méditerranée ?  Mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d’innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres. Voyager en Méditerranée, c’est trouver le monde romain au Liban (ou en Provence), la préhistoire en Sardaigne, les villes grecques en Sicile, la présence arabe en Espagne, l’Islam turc en Yougoslavie... C’est tout à la fois, s’immerger dans l’archaïsme des mondes insulaires et s’étonner devant l’extrême jeunesse de très vieilles villes ouvertes à tous les vents de la culture et des profits qui depuis des siècles, surveillent et mangent la mer.


Fernand Braudel - La Méditerranée