samedi 25 mai 2019




Pour moi, tout dans les vers doit mal tomber,
Rien ne doit être comme il faut.
Si vous saviez de quels débris se nourrit 
Et pousse la poésie, sans la moindre honte, 
Comme les pissenlits jaunes, comme l'arroche 
Ou la bardane au pied des palissades. 
Un cri de colère, l'odeur du goudron frais, 
le mystère d'une tache de moisi sur un mur, 
Et voilà qu'un vers tinte malicieux et tendre
Pour votre joie et pour la mienne. 


Anna Akhmatova  - Traduction Sophie Benech

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Archives du blog