samedi 11 mai 2019



Découvrirons-nous au soir d'une longue patience
La source d'où cheminent nos rêves les plus obstinés ?
Remonterons-nous les longs chemins de la mémoire ?
Lorsque nous aurons atteint l'autre versant du temps
De grands faisceaux de brume emprisonneront les oiseaux de passage
Comme autant de liens invisibles reliés au cœur du monde
Nous irons alors par les fins réseaux du sang
Dans cette odeur âcre de fleurs pourrissantes
Avec sur les lèvres, comme la brûlure d'une paix rassurante,
La saveur du sel de la nuit.

Bernard Mazo - Dans le froid mortel de l'exil

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Archives du blog