lundi 8 octobre 2018




















La nature a été pénétrée de notre humanité, au point que ses épreuves deviennent physiquement nôtres : dans cette terrible semaine de septembre, à la veille des vendanges, lorsque tant d'orages nous assaillirent, ce n'était pas seulement le vigneron qui souffrait en nous : notre chair même était atteinte ; ces grêlons nous blessaient ; et comme Mme de Sévigné écrivait à sa fille malade : "J'ai mal à votre poitrine", nous souffrions dans ces pampres déchiquetés, dans ces grappes arrachées saignantes du cep... 

François Mauriac - Journal.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire