jeudi 30 mai 2019


Image associée

Mais je porte accroché au plus haut des entrailles
À la place où la foudre a frappé trop souvent
Un cœur où chaque mot a laissé son entaille
Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement

Pierre Reverdy 
  

mercredi 29 mai 2019



















J’aime tellement la danse
Et les folies physiques
Que je sens avec évidence
Que, si j'avais été jeune fille,
J’eusse mal tourné.
Arthur Cravan

mardi 28 mai 2019


    


Image associée

















Je prends un flacon de vin 
Et je vais le boire parmi les fleurs,
Nous sommes toujours trois,
Comptant mon ombre et mon amie la lune
Heureusement que la lune ne sait pas boire
Et que mon ombre n’a jamais soif 
Quand je chante, la lune m’écoute en silence.
Quand je danse, mon ombre danse aussi.
Après tout festin les convives se séparent. 
Je ne connais pas cette tristesse
Lorsque je regagne ma demeure, 
La lune m’accompagne et mon ombre me suit.
Li-Taï-Po, Fête intime (Chine) 

lundi 27 mai 2019


























Cet homme était grand comme une main ouverte. 


 Jean Sénac (Œuvres poétiques 1952)

dimanche 26 mai 2019
























La civilisation ne commence pas quand l'homme, ayant taillé le premier silex, l'utilise. Elle commence quand l'homme d'à côté saisit ce silex et le fait sien.
Flora Bonfanti

samedi 25 mai 2019




Pour moi, tout dans les vers doit mal tomber,
Rien ne doit être comme il faut.
Si vous saviez de quels débris se nourrit 
Et pousse la poésie, sans la moindre honte, 
Comme les pissenlits jaunes, comme l'arroche 
Ou la bardane au pied des palissades. 
Un cri de colère, l'odeur du goudron frais, 
le mystère d'une tache de moisi sur un mur, 
Et voilà qu'un vers tinte malicieux et tendre
Pour votre joie et pour la mienne. 


Anna Akhmatova  - Traduction Sophie Benech

vendredi 24 mai 2019

Image associée



L’archevesque de Bourdeaux avoyt mis de sa suitte, pour aller au Concile de Constance, ung tout ioly petit prebstre tourangeau dont les fassons et la parole estoyent curieusement mignonnes, d’autant qu’il passoyt pour fils de la Soldée et du gouverneur. L’archevesque de Tours l’avoyt voulentiers baillé à son confrère lors de son passaige en ceste ville, pour ce que les archevesques se font de ces cadeaux entre eulx, cognoissant combien sont cuisantes les desmangeaisons théologiques.

Honoré de Balzac - Les contes drolatiques

Archives du blog