mercredi 26 septembre 2018





















Une ville maritime aux trains bleus et blancs,
Un été immense, presque roux,
Rompu le pain, la gloire, 
Oublié jusqu’au sens des désastres anciens.
Je prendrai une chambre, j’écrirai un livre. 

Où rien ne sera dit d’essentiel 
Ni le rêve des hommes ni la tendresse des femmes, 
Un livre solitaire soulevé de flammes.
Octobre. 

Premières ombres 
Dans les roseaux près de la grève, à mon ami le plus ancien 
J’en lirai des passages, puis, le voyant las, 
Nous irons boire, lui l’anis, moi le vin très bleu.

Yves Martin

mardi 25 septembre 2018


















Dès qu'il a placé le premier pas sur la route, le pèlerin sait qu'il se perd dans le monde, et qu'à mesure qu'il avancera il se perdra de mieux en mieux.

André Dhôtel

lundi 24 septembre 2018





Il est temps ! Pour ce feu-là
Je suis vieille !
L’amour est plus vieux que moi !
- De cinquante fois janvier,
Une montagne !
- L’amour est encore plus vieux :
Vieux comme une prêle, vieux comme le serpent,
Plus vieux que l’ambre de Livonie !
Et plus vieux que tous les bateaux fantômes !
- Que les pierres, plus vieux que les mers…
Mais le mal dans ma poitrine – est plus vieux
Que l’amour, plus vieux que l’amour.


Marina Tsétaïeva

dimanche 23 septembre 2018


















Courez vers les hameaux, voici l’heure des lampes.
Le jour chancelle en un vertige de senteurs,
Des brises de feu triste ont coulé sur vos tempes,
Un grand silence opaque est tombé sur mon cœur.

Oscar-Vadislas de Milosz 

samedi 22 septembre 2018




















Le temps est la substance dont je suis fait.
Le temps est un fleuve qui m’emporte mais je suis le fleuve ;
c’est un tigre qui me dévore, mais je suis le tigre ;
c’est un feu qui me consume, mais je suis le feu.

Jorge Luis Borges

vendredi 21 septembre 2018




















Rien n'est vrai, tout est vivant. 

Édouard Glissant.

jeudi 20 septembre 2018

















Mon amour s'est transformé en flamme, et cette flamme consume peu à peu ce qui est terrestre en moi.
 
 Novalis