Une erreur est survenue dans ce gadget

jeudi 23 mars 2017

























Que veiller et dormir ont peu de différence,
Grand maître en l’art d’aimer, tu te trompes bien fort
En nommant le sommeil l’image de la mort,
La vie et le sommeil ont plus de ressemblance.


Comme on rêve en son lit, rêver en la maison,
Espérer sans succès, et craindre sans raison,
Passer et repasser d’une à une autre envie,


Travailler avec peine et travailler sans fruit,
Le dirais-je, mortels, qu’est-ce que cette vie ?
C’est un songe qui dure un peu plus qu’une nuit.


Jacques Des Barreaux (1599 - 1673)

mercredi 22 mars 2017






Décembre

            Peinture écaillée aux coques des voiliers et pêcheurs qui repeignent leurs barques en noir, sous un ciel sans mouette donnent soudain à décembre des allures de cocher conduisant le deuil de la mer, cependant que dans l'arrière-pays des ânes devenus frileux regagnent leur abri.
            D'un soir l'autre, les veillées réclament de plus en plus de patience, de moins en moins de paroles, et dans l'âtre assoupi la bûche qui lentement se consume ruse davantage avec le feu qu'elle ne crépite et rassure. La nuit venue, les derniers-nés encore au berceau sont agités de rêves trop grands pour eux qu'une aïeule économe de ses mots s'en vient dissiper d'un fugitif effleurement.
            Décembre, s'il reste comme un cloître silencieux sous la neige, délivre aussi de leur cécité à voir le monde les cœurs les plus endurcis pareillement qu'il nous mène à voiles déployées au tréfonds de nos mers intérieures. 


Pierre Autin-Grenier

mardi 21 mars 2017









L’incendie de créer n’appartient qu’à ceux qu’un désert peut nourrir . 

Werner Lambersy 

lundi 20 mars 2017




























Tout s’enfle contre moi, tout m’assaut, tout me tente,
Et le Monde, et la Chair, et l’Ange révolté,
Dont l’onde, dont l’effort, dont le charme inventé
Et m’abîme, Seigneur, et m’ébranle, et m’enchante.


Jean de Sponde 



Sur commande dans toutes les librairies

En ligne sur Amazon et à la Fnac
ISBN :
978-2810624195
Plus d'infos sur:


dimanche 19 mars 2017





Je voudrais que s’entende une langue qui par la répartie instantanée retourne le sens à son vide, à la cruauté rapace d’envol qui dort dans la guerre intestine des corps, à la douceur élue de la beauté. Ennuis, soleils, traites impayées, corps courbaturé et l’oppression, le souffle de la révolte. Je me dis qu’une page est tracée diaphane chaque jour au soupir de notre disparition. Je voudrais lui rendre son invention de chair, de verbe et d’insurrection sacrée.

Patrick Laupin

samedi 18 mars 2017





A travers les interstices
De mon rideau de bambou
Passez à votre aise
Si ma mère qui m'a tendrement élevée
Me questionne
Je dirai que c'est le vent.

(Anonyme)

vendredi 17 mars 2017



C'est ainsi que je sentis mes lèvres contre les siennes. Elle fermait encore les yeux, mais visiblement comme quelqu'un qui ne dort pas. Je l'embrassai, stupéfait de mon audace, alors qu'en réalité c'était elle qui, lorsque j'approchais de son visage, avait attiré ma tête contre sa bouche. Ses deux mains s'accrochaient à mon cou ; elles ne se seraient pas accrochées plus furieusement dans un naufrage. Et je ne comprenais pas si elle voulait que je la sauve, ou bien que je me noie avec elle.

Raymond Radiguet - Le Diable au corps.