vendredi 5 juin 2020


















A partir de la naissance, chaque visage est façonné par toute une vie de désirs refoulés, de tourments cachés, de mensonges entretenus, de cris contenus, de sanglots ravalés, de chagrins niés, d'orgueil blessé, de serments reniés, de vengeances caressées, de colères rentrées, de hontes bues, de fous rires réprimés, de monologues interrompus, de confidences trahies, de plaisirs trop vite survenus, d'extases trop vite évanouies. Chaque ride en porte la marque aussi sûrement que les anneaux d'un arbre. C'est tout cela que le visage révèle de la personne, à son insu, malgré l'effort surhumain qu'elle déploie quotidiennement pour le cacher. 

François Cheng - Le Dit de Tian-yi

jeudi 4 juin 2020



























... un regard d'amour sans mesure était posé sur lui, un regard meurtri, soumis, sacrifié, indicible comme le dévouement et la détresse d'un animal, un de ces regards que l'on ne peut ni accueillir ni rendre, présents trop beaux pour la pauvreté humaine. 


Joseph Kessel - Nuits de princes.









mercredi 3 juin 2020




Nous sommes un printemps au monde,
Acharnés comme des lutteurs au-dessus de la mort.

Jean Malrieu







mardi 2 juin 2020

























Si le cœur de l'homme ne déborde pas d'amour ou de colère, rien ne peut se faire. 

Nikos Kazantzakis 

lundi 1 juin 2020




Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une aventure spirituelle, nous sommes des êtres spirituels vivant une aventure humaine. 

 Pierre Teilhard de Chardin

dimanche 31 mai 2020



















J’aimerais donner un nom à ces portes sans contact, à ces beautés de visage à demi-falaise. Tonnerre étonné farouche de respirer. Mourrai-je lucide à demi enseveli dans la pénombre lascive des yeux qui aiment. Complice et amant. Irai-je me noyer dans la continuité rêvée des langues maritimes aurorales, me jeter dans la mer lavée de la souillure du crime, me perdre dans la liesse chaude des ravins noirs où tout s’efface. Aurai-je le courage de divulguer le mal mot de ma vie, la pauvreté de l’ami parti ? Comment trouver un lieu, un abri, comment lutter contre l’indifférence et la dérision ? Seuls les mots donnés en ami, en frère, sont précieux. Écrire c’est tendre une main miroir d’âme. L’essentiel n’arrête pas de se perdre. Mais rien de ce qui est vrai ne peut jamais disparaître. 

Patrick Laupin - Le dernier avenir 

samedi 30 mai 2020



























Tenter, braver, persister, persévérer, être fidèle à soi-même, prendre corps à corps le destin, étonner la catastrophe par le peu de peur qu'elle nous fait, tantôt affronter la puissance injuste, tantôt insulter la victoire ivre, tenir bon, tenir tête, voilà l'exemple dont les peuples ont besoin, et la lumière qui les électrise.

Victor Hugo.